Aïd Moubarak !

Publié le par Momar MBAYE

Aid.jpg
Aïd Moubarak!
La trame, le fond, l’intonation, tout y était. Entre le discours de « Ali le fugitif » à la veille de son départ de Carthage, et celui de Moubarak le soir de la « marche du Million », çà sent le plagiat, un air de déjà lu, telle une biographie d’Hemingway signée PPDA.

Le monde arabe se réveille, les dictatures s’estompent, le Maghreb découvre la démocratie, alors que l’Occident frémit, elle qui a toujours soutenu les « démoctatures » arabes, sous le prétexte d’un rempart contre l’intégrisme musulman. L’odeur du jasmin, depuis le quatorze janvier, poursuit son petit bonhomme de chemin. Hier la Tunisie, aujourd’hui l’Egypte. Demain est un autre jour, dans un autre pays. Moubarak a perdu sa « baraka ».

En s’immolant par le feu, Mohamed Bouazizi, ce jeune vendeur ambulant de vingt-six ans, initiait une tradition qui fera date, et qui servira de leitmotiv à tout peuple opprimé, et désirant s’affranchir des griffes d’un « Pharaon » allergique à l’odeur du jasmin. Bouazizi a montré la voie, la Tunisie l’a suivie, l’Egypte l’a copiée, d’une copie  conforme à l’original, à quelques exceptions près. Maintenant, ils veulent aller jusqu’au bout, et bouter Moubarak hors de l’Egypte, tel Moïse, traverser le Nil et le refermer sur le Raïs. Oui, ils ont réussi leur pari, la « marche du Million », il leur reste la révolution, à l’image des Tunisiens.

La démission du gouvernement, la nomination d’un vice-président, l’appel au dialogue et les discours d’apaisement, ne calmeront pas la colère grandissante d’un peuple assoiffé de liberté, une soif que n’étancheront pas des promesses renouvelées. Une fois Moubarak parti, restera l’équation, sur un plan géopolitique, du positionnement de l’Egypte dans les relations internationales. « C’est sur cette terre que je vais mourir », a tancé le « bélier » Moubarak, que le peuple d’Egypte compte sacrifier vendredi, en offrande aux dieux de la liberté, pour un second Aïd el Kabîr. Tiendra, tiendra pas, d’ici à vendredi, fin de l’ultimatum, des pages de l’histoire sont à écrire. L’Egypte réussira sa révolution, et vengera ses martyrs, ou la trahira, tout simplement. Reste à souhaiter, au peuple d’Egypte, Aïd Moubarak !

Momar Mbaye

Commenter cet article

lang 03/02/2011 20:49



Je ne sais plus quoi dire devant cet embrasement,


L'occident devait le savoir et a laissé faire


nous sommes en fait peu et mal informé


des tentatives d'accord de paix auraient pu aboutir mais hélas je ne suis pas convaicue que les parties en présence le souhaitaient 


l'embrasement me semble inévitable et à quel prix?


bonne soirée à vous