Sens et signification des événements du 23 juin

Publié le par Momar MBAYE

 

Amadou Lamine Faye-copie-1

Par Amadou Lamine FAYE (ministre)

Le ministre conseiller chargé du Panafricanisme et coordonnateur de l'Alliance panafricaniste, Amadou Lamine Faye réagit aux événemements du 23 juin dernier dans une contribution intitulée « Sens et signification des événements du 23 juin : les données géopolitiques et stratégiques en question. »

 

Le 23 Juin 2011, le Sénégal a vécu la plus grande confrontation politique que le régime du Président Wade ait connue depuis le 19 mars 2011 entre le pouvoir et l’opposition.

L’évènement est consécutif à l’organisation d’une grande manifestation organisée par l’opposition et une partie de la société civile contre le projet de loi constitutionnelle du gouvernement qui introduit l’élection d’un ticket présidentiel pour la prochaine élection du 26 février 2012.

Galvanisée par la tournure des évènements qui ont été émaillés d’affrontement violents, l’opposition s’est sentie comme portée par le peuple. Et dans cet élan de confiance, elle a cru devoir mettre en place le mouvement dit du 23 juin.

L’objectif déclaré tel que l’a affirmé un de leurs ténors, est de structurer le mouvement dit du 23 juin pour pouvoir surprendre une nouvelle fois le président Wade à travers des actions de grandes envergures qu’il ne verra pas venir et qui le feront partir.

Le mouvement dit du 23 juin regroupe pour l’essentiel les membres de Benno et leurs alliés de la société civile qui émargent dans le système d’appui aux ONG de la veille citoyenne internationale initiée par « l’impérialisme de la vertu civique » (IVC).

L’IVC est ce nouveau visage  humain qu’ a arboré l’impérialisme esclavagisto-colonialiste, depuis ses défaites mémorables  dans les guerres meurtrières   qu’il a menées contre les peuples pour le maintien de l’apartheid en Afrique du Sud et des régimes néocoloniaux d’Asie , d’Afrique et d’Amérique dont a fait partie chez nous le régime UPS/PS.

Pour rappel, les partis politiques issus de la famille socialiste de L’UPS/PS se sont regroupés dans un front de l’opposition dit Benno  Siggil Sénégal, contre  le Président Maitre WADE qui œuvre à travers un combat  de plusieurs décennies  pour la réalisation des Etats-Unis d’Afrique.

Ces partis politiques revanchards et crypto-personnels, au regard du contenu de leurs discours de dérision et de dénonciations calomnieuses du bilan de Wade et de leur manque de programme économique et social  alternatif,  tentent  à la faveur des évènements de l’interventionnisme occidental sur les crises politique qui secouent le monde arabe, de reprendre du service en tant que leurs anciens auxiliaires dans la sauvegarde de leurs intérêts dans les néo-colonies qu’ils géraient.

Les Assises nationales créées au lendemain de leur boycott des législatives du 3 juin 2007 pour donner crédit à leur mensonge consensuel sur la victoire frauduleuse de Wade à l’élection présidentielle de février 2007, ont été une des plus grandes réussites dans le processus de manipulation de l’opinion pour la réhabilitation de la famille politique de l’UPS/ PS.

Ce processus de réhabilitation des tenants de l’ancien régime néocolonial   UPS/PS  a été mené de main de maître par une presse affairiste qui n’est pas toute la presse et des ONG extraverties qui font, aujourd’hui appel ouvertement à l’ingérence de l’impérialisme de la vertu civique dans les contentieux politiques au Sénégal.

Nous rappelions déjà dans notre dernier livre LES MERCENAIRES DE LA NOUVELLES MISSSION CIVILISATRICE que les pays africains faisaient face à la guerre cognitive la plus meurtrière de leur histoire et que celle-ci se déroule  sous le couvert de l’action humanitaire, civique et citoyenne. Cette guerre cognitive s’appuyait sur une certaine presse affairiste et des ONG extraverties    pour promouvoir une nouvelle mission civilisatrice  qui doit renouveler  le droit à l’ingérence des puissances de la mission civilisatrice et la légitimer au nom de la bonne gouvernance , des droits de l’ homme , et de la démocratie.

Les patriotes panafricains savent aujourd’hui que ce qui motive cette reconversion de l’impérialisme esclavagisto colonial est beaucoup plus dicté par des intérêts stratégiques qu’un humanisme nouveau et à double vitesse qu’il se découvre tardivement. L’intérêt stratégique de l’ICV est d’arriver à mieux faire face aujourd’hui à la perspective d’une montée en puissance irréversible des pays émergents que sont la Chine, l’Inde et le Brésil qui   trouvent un avantage  géopolitique et stratégique à tendre la main à l’Afrique pour une coopération gagnant-gagnant .

Quand l’impérialisme esclavagisto-colonialiste  arrive à faire passer un visage d’humain  et qu’il arrive à s’appuyer sur des ONG  en totale dissonance avec les valeurs éthiques et civiques  négro-africaines et sur une presse affairiste aux ordres en Afrique, les peuples africains peuvent être trompés un moment, parce que les peuples peuvent se tromper et on peut les tromper même si ce n’est pas  tout le temps que c’est possible.

N’oublions jamais que l’Afrique est le seul grand espace  qui peine à utiliser ses atouts continentaux et démographiques pour se développer et conquérir la place de première puissance économique que lui donne droit son potentiel démographique, économique et culturel inégalé.

La mission que chaque génération africaine doit remplir pour ne pas la trahir, est de participer à l’œuvre de réduction des gaps historiques qu’entreprend résolument sous le régime de l’alternance survenue le 19 mars 2000, Maitre Wade, pour parachever l’alternative au régime néocolonial de l’UPS/PS.  Et en tant que leader panafricain contemporain du mouvement mondial pour la réalisation des Etats-Unis d’Afrique, Maître Wade est en train de donner une chance à la matérialisation du rêve des pères fondateurs du panafricanisme.

Refusons donc de trahir cette mission comme ces mercenaires de la nouvelle mission civilisatrice qui livrent l’Afrique à l’IVC sous la forme d’une zone d’opportunité stratégique qui lui permettra de reprendre l’initiative historique qu’il a perdue  face aux pays émergents.

Refusons d’ accepter  que l’IVC s’offre des axes  d’intervention  stratégiques en Afrique balisées par une presse affairiste et des ONG extraverties pour organiser la défaite de l’Afrique dans cette guerre cognitive qu’affronte Wade   pour faire pièce aux APE, au projet d’incorporation de l’Afrique du nord dans l’espace économique européen et la destruction de l’espoir des Sénégalais de voir leur pays emprunter le chemin de l’émergence économique  et des Etats-Unis d’Afrique

Faisons face à l’agenda caché qui s’abrite derrière les discours biaisés que les ONG extraverties tiennent sur les droits de l’homme, la démocratie et la bonne gouvernance et dont on sait que les objectifs inavoués sont de tuer dans l’œuf,  toute perspective d’appropriation par les peuples d’Afrique de la maîtrise de leur destin sous la direction d’un leadership panafricain comme Maître Abdoulaye Wade.

C’est au regard de tous ces éléments que nous considérons que cette AG constitutive du M23 est loin d’être une affaire sénégalo sénégalaise. Elle a son inscription dans un plan de diplomatie secrète. Elle est concoctée avec des milieux impérialistes pour structurer les initiatives des mercenaires sénégalais de la nouvelle mission civilisatrice. Elle prépare les provocations politiques pouvant justifier une intervention extérieure sous le couvert d’un droit d’ingérence pour la sauvegarde de la démocratie, des droits de l’homme et de la bonne gouvernance au Sénégal.

Cette AG constitutive du M23 est bel et bien la mise en perspective d’une jonction entre les anciens et nouveaux auxiliaires de l’impérialisme politico-économique et leurs parrains. Ils cherchent ensemble à retarder encore une fois l’Afrique en lui imposant des élites extraverties qui vont instaurer des modèles économiques et des choix stratégiques  anti panafricanistes.

Publié sur Le blog de Momar MBAYE,

http://mbayemomar.over-blog.net

Publié dans Politique

Commenter cet article