Serigne Mame Mor Mbacké, hôte de la ville de Strasbourg

Publié le par Momar MBAYE

Serigne MameMor« Serigne Touba n’a pas le temps d’apparaître sur des murs »

Serigne Mame Mor Mbacké était l’hôte de la capitale européenne ce dimanche, dans le cadre de sa tournée annuelle qui le mène dans différents pays du monde. Pour la troisième année consécutive, il a rencontré la communauté sénégalaise ainsi que les autorités de la ville de Strasbourg. Convié à une réception, en présence de Me Alain Marx, le consul du Sénégal à Strasbourg, Serigne Mame Mor a exhorté les fidèles au travail et à l’union des cœurs, non sans mettre en garde les mourides contre l’excès de zèle.

 

Le centre socioculturel « Le Galet » dans le quartier de Hautepierre a refusé du monde à l’occasion de la réception annuelle de Serigne Mame Mor Mbacké. En présence des délégations et représentants des différents dahiras mourides réunis autour de la Fédération Régionale Touba Grand Est, qui regroupe les dahiras de Strasbourg, Mulhouse, Besançon, Belfort, Nancy, Metz, Saint-Dié-les-Vosges et Dijon, Serigne Mame Mor a prêté une oreille attentive aux différentes interventions et délégations venues d’un peu partout en France mais aussi de la Suisse et de l’Allemagne.

« Vous vous êtes inscrit dans le sillage de votre père, Serigne Mourtada Mbacké »

Cette journée de prières, de recueillement et de communion a été l’occasion pour Souleymane Thiam, diawrigne de la Fédération Touba Grand Est, d’informer Serigne Mame Mor des différentes étapes franchies par la Fédération nationale des Mourides de France, mise sur pied récemment, ce qui facilite désormais l’envoi en commun des hadiyas, ainsi que la réalisation prochaine d'une maison de l’Islam dans chaque structure régionale. Il a notamment fait le point sur l’état d’avancement des objectifs entrepris par le Fédération Touba Grand Est depuis sa création en 2006, entre autre, le programme d’enseignement de l’arabe avec la mise à disposition de supports en langues français et arabe, ce qui a permis l’instruction de plusieurs dizaines de personnes, enfants comme adultes dans chaque dahira membre. Devant Serigne Mame Mor, des enfants scolarisés dans ce programme, ont été conviés à réciter quelques sourates du Coran.

« La vérité de Bamba a été finalement acceptée par les Français »

Pour la communauté sénégalaise de Strasbourg, la venue de Serigne Mame Mor est une aubaine, car « ses actes  sont inscrits dans le sillage de son père, un héritage qu’il entend vivifier » lors de son périple qui le mène à travers différentes régions du monde, pour faire connaître l’Islam et œuvrer en faveur du dialogue interreligieux. D’où la remarque de Me Alain Marx, consul honoraire du Sénégal à Strasbourg, qui dit avoir connu le mouridisme depuis près de 25 ans, après avoir été reçu par Serigne Abdou Lahat Mbacké : «La vérité de Bamba a été finalement acceptée par les Français. Ils voulaient le décorer de la Légion d’Honneur, mais il avait refusé », dira le consul, qui s’est félicité de la construction de la grande mosquée de Strasbourg, tout en espérant avoir de bonnes nouvelles à annoncer Serigne Mame Mor, très prochainement, quant à l’ouverture -à l’instar des autres cultes- d’une faculté de théologie musulmane à l’université de Strasbourg, même si, confie-il, « certains Alsaciens ne sont pas favorables à l’islam ».

« Les fils de Serigne Touba accordaient beaucoup d’importance au travail » Serigne MameMor2

Dire que Serigne Mame Mor n’a pas fait dans la dentelle quand il s’est agi de rappeler à l’ordre les talibés, lorsqu’il a abordé les relations qu’entretiennent les mourides  vis-à-vis des autres confréries. En parfaite adéquation avec la récente déclaration du Khalife général des Mourides, Serigne Cheikh Sidy Mbacké, l’hôte de la ville de Strasbourg a invité les talibés à ne pas se laisser aller dans des rivalités à la limite insensées ou considérations partisanes. Il n'a pas pris de gants non plus pour rappeler à l’ordre certains dignitaires mourides, à qui il recommande de ne pas s’immiscer dans le fonctionnement des dahiras : «les fils de Serigne Touba accordaient beaucoup d’importance au travail. Laissez-donc les talibés s’occuper eux-mêmes des dahiras », dira-t-il à leur endroit, avant de mettre en garde les jeunes  « à ne pas faire du "kourél" un phénomène de mode», car n'ayant rien à voir avec de la musique profane.


Strasbourg a donc vécu une journée riche en séances de lecture du Coran et des panégyriques, avec des interventions sur les thèmes « vivre le mouridisme au 21ème siècle » et « Serigne Touba et le Coran ». L’occasion pour Serigne Mame Mor Mbacké d’offrir un cadeau à Driss Ayassou, le président du Conseil Régional du Culte Musulman. En juin 2009, dans le cadre du dialogue interreligieux, Serigne Mame Mor avait été reçu par le Pape Benoît XVI à Rome. Il poursuit sa tournée qui le mène à Anvers en Belgique ce lundi.

Momar Mbaye

Cellule Communication

 

 

Commenter cet article

mol 12/10/2010 12:25



Par quel que bout qu'on le prenne, ces marabouts font partie du problème du Sénégal. De la colonisation à aujourd'hui, ils vivent du sang du peuple, d'une manière ou d'une autre. Ils sont de tous
les coups qui ont fini par réduire ce pays à létat où il est. De quoi tirent-ils d'ailleurs leur légitimité? Question pertinente pour qui connaît un peu l'islam. Le peuple sénégalais est en train
de se libérer de leur emprise et ce mouvement est irréversible.