Mulhouse / Deux Noirs refusés à l'entrée d'une discothèque: amende pour le videur

Publié le par Momar MBAYE

Racisme.jpgProcès racisme discrimination

Un videur de discothèque a été condamné vendredi à Mulhouse (Haut-Rhin) à 1.500 euros d'amende pour avoir refusé l'entrée de son établissement à deux Noirs lors d'un «testing» organisé par SOS Racisme en mars 2009, a-t-on appris auprès de l'avocate de l'association.

La moitié de l'amende est assortie du sursis, mais le portier de 35 ans devra en outre verser, au titre des dommages et intérêts et des frais de justice, 5.300 euros aux victimes ainsi qu'à SOS Racisme et la Licra, parties civiles, a précisé à l'AFP Me Karine Schupbach. La discothèque, située à Sierentz, entre Mulhouse et Bâle, a été relaxée, mais a été reconnue civilement responsable. Devant le tribunal, le videur et le gérant de l'établissement ont tous deux réfuté tout comportement raciste. Mais sur l'enregistrement de la scène, filmé par une chaîne locale de télévision et diffusé à l'audience, on entend clairement le videur éconduire les deux «testeurs» noirs en affirmant que l'entrée était réservée aux détenteurs d'une «carte de membre» - une exigence qu'ils n'ont ensuite pas répétée lorsque deux autres testeurs «de type européen» se sont présentés à la porte quelques instants plus tard.

Plus de 50 condamnations en France

Selon le vice-président national de SOS Racisme, Samuel Thomas, les opérations de «testing» de ce type ont déjà débouché sur une cinquantaine de condamnations en France. Dans le cas jugé vendredi à Mulhouse, «nous sommes satisfaits qu'il y ait eu une condamnation, mais nous trouvons la sanction pas assez dissuasive face au business de la discrimination», a commenté M. Thomas. «Cette discothèque, comme toutes les autres, considère qu'au-delà d'une certaine dose de Noirs ou d'Arabes dans l'établissement, elle perdrait une clientèle fortunée qui achète beaucoup de boissons», a-t-il ajouté. «C'est contre ce type de raisonnement que la justice doit agir», par des sanctions financières dissuasives, a-t-il conclu.

SOS Racisme 68, 

Commenter cet article