Le vieil homme et son lopin de terre

Publié le par Momar MBAYE

wande-Nations-unies.jpgAprès New York, Wade va-t-il faire construire des résidences dans tous les pays où se rendent les diplomates sénégalais ?

Disons-le une bonne fois pour toutes : le contribuable sénégalais constitue une véritable vache à lait, que l’Etat du Sénégal, du moins ceux qui l’incarnent, n’ont pas fini de sucer. Tous les arguments sont de l’ordre du recevable à chaque fois qu’il s’agit de dépenser l’argent du contribuable. Alors que les populations de Saint-Louis crient leur ras-le-bol devant l’ampleur des inondations, l’Etat du Sénégal dresse ses priorités dans une indécence notoire : construire des résidences à l’étranger pour améliorer le confort des diplomates sénégalais.

 

Une déclaration qui relève de l’indécence même

La confirmation nous est venue d’Abdoulaye Wade en personne. Face à la presse ce week-end, le président a ‘révélé’ l’achat d’un terrain à New York, non loin du siège des Nations Unies. 12 milliards de Francs (25 millions de dollars) ont été déjà déboursés par l’Etat pour l’achat de ce terrain dont la construction va coûter au contribuable 50 millions de dollars, soit 30 milliards de Francs, selon les chiffres du président, qui a dû oublier que la ville de Saint-Louis, à l’heure où l’on parle, peine à reloger certains de ses habitants qui subissent les tracasseries liées aux inondations. Dans sa livraison du 25 septembre, le journal l’Observateur parle d’un montant de 10 millions de Francs remis aux autorités de la Ville, dont 5 millions destinés aux sinistrés. Mais, constate le quotidien, « malgré tous ses efforts déployés (par le gouvernement), les sinistrés sont toujours dans les eaux. Et les vivres qui leur sont destinés ont été boudés par certains d’entre eux qui ont fait savoir aux donateurs que leurs préoccupations ne sont pas dans le manger, mais plutôt la hantise des eaux stagnantes


Même s’il faut reconnaître que les collectivités locales ont leur partition à jouer pour atténuer le calvaire des populations de Saint-Louis, l’annonce faite par le président quant à la construction de cette résidence, semble relever de l’indécence voire de la provocation. C’est le contribuable sénégalais qui va devoir rembourser dans son intégralité, et jusqu’au dernier centime, ce prêt que Wade a sans doute déjà consenti auprès des banques occidentales.


« On a prévu des appartements pour les ministres qui viendront ici… »

Pour améliorer le confort des diplomates sénégalais, Wade met sur la table 42 milliards de Francs au total, dont 12 déjà déboursés. D’où proviennent ces milliards ? Figurent-ils dans le budget de l’année 2010 ? A supposer que les finances publiques se portent à merveille. Sauf que ceux qui pataugent dans les eaux en ce moment, à Dakar comme à Saint-Louis, sont les derniers à être concernés par la construction d’une résidence à New York, un luxe qui n’empêchera pas les diplomates sénégalais de résider à l’hôtel aux frais du contribuable, si l’on suppose que New York n’est pas la seule ville au monde où se rendent ces derniers. A supposer aussi, que les diplomates qui se rendent aux Etats-Unis, ne vont pas tous, et forcément, à New York. Donc, l’argument brandi par le président, s’avère peu convaincant, et depuis dix ans, on se demande  bien ce que Wade et ses ministres font de nos milliards, qui ne sont pas destinés à investir dans l’assainissement des zones en proie aux inondations dans le pays. En effet, en dehors des voyages quasi-futiles de la cohorte présidentielle, on est au regret de constater que nos milliards servent aussi à financer la construction en territoire étranger, au nom de l’Etat du Sénégal, d’un immeuble de 19 étages, dont 5 réservés à des ambassadeurs.


« On a prévu des appartements pour les ministres qui viendront ici, ils auront où loger, et n’auront plus besoin de payer le loyer », renchérit le président, plus préoccupé par le confort de ses ministres que par des inondations et leurs corolaires que sont le risque de perturbation de la rentrée scolaire à Saint-Louis, et l’exposition des populations aux maladies liées à l’insalubrité. Dire que Wade n’en a cure des conseils du journaliste de l’Observateur, qui a invité le gouvernement à arrêter de donner des vivres aux sinistrés de Saint-Louis, parce que « même s’ils prenaient ce riz, n’auront pas un endroit où bouillir la marmite, car leurs maisons sont envahies par les eaux. »


Toutefois, il y a des ministres qui devraient avoir honte de se déclarer originaires de Saint-Louis. La capitale du Nord, de tous les temps, a été l’une des villes les plus fortement représentées dans le gouvernement. Reste à savoir ce que ces derniers ont fait pour leur ville.

Momar Mbaye

mbayemomar@yahoo.fr

Commenter cet article

DIALLO 28/09/2010 08:59



Tous ces constats ne sont pas étonnants d'un état qui ne se gêne pas de voir son peuple vivre, sentir et voir les déchets de toute une population traîner le long des rues, avenues
coins et recoins et j'en passe... C'est affreux, ignoble, irrespectueux, indigne d'un pays comme le Sénégal !