El Malick Seck, numéro 1 de la piraterie sur internet

Publié le par Momar MBAYE

El-malick3.jpgEl Malick Seck, numéro 1 de la piraterie sur internet 

Depuis le lancement de son nouveau site internet (généraliste), mais spécialisé dans la piraterie en ligne, le plagiaire El Malick Seck copie, colle et poste sur son site tout ce qu’il trouve sur le net, sans en citer la source. De la presse en ligne en passant par la presse traditionnelle, le désormais « frère » de Karim Wade s’est trouvé une nouvelle vocation : pirater les revues, magazines, hebdos et quotidiens, une attitude qui ne relève pas du journalisme, mais du plagiat. Ou pire, de la piraterie.

 

Une honte pour la profession

 

Ce qui est en train de se dérouler sous nos yeux est tout simplement regrettable. Pour ne pas dire dégoûtant. L’attitude d’El Malick Seck relève du foutage de gueule, et s’avère être une véritable entorse au droit d’auteur. Pour dire les choses telles qu’elles sont, El Malick n’a rien à cirer de la Loi sur la propriété intellectuelle. Mais que personne ne s’y trompe : notre ami et frère, a l’air d’aimer la facilité, il s’attribue le dur labeur de ses confrères, dont il omet sciemment de citer les noms. Le 13 septembre dernier, il reprenait sur son site un article sur l’écrivaine Fatou Diome, publié dans le quotidien régional français « L’Alsace ». A la fin de l’article, on peut lire la signature « El Malick Seck », alors que le véritable auteur s’avère être Hervé de Chalendar. Les exemples foisonnent.  

Parfois, c’est des interviews publiées dans Sud ou dans Le Quotidien, reprises par El Malick avec de légères modifications au niveau du chapeau ou du titre. La dernière en date, un article intitulé « Jean-Claude Mimran, le roi du sucre », publié récemment sur le site www.lesafriques.com. El Malick l’a repris sur son site, non sans effectuer une retouche au niveau du titre : « Jean-Claude Mimran, le roi du sucre, a perdu son influence au palais ». Il faut reconnaître que les sites internet, dans leur ensemble, se reprennent, mais se citent aussi. Même les moteurs de recherche tel que Yahoo, prennent le soin de renvoyer les internautes à l’article source, en mettant un lien. C’est la moindre des choses. Donc rien à voir avec ce que fait l’ancien « journaliste d’investigation », jadis spécialisé en ‘blanchiment d’argent’, et désormais champion du monde de piraterie en ligne. Pour en revenir à l’article sur Jean-Claude Mimran, il suffisait de taper sur Google quelques mots-clés pour retrouver la source de ce papier, dont la qualité rédactionnelle n’a rien à voir avec l’amateurisme dont fait montre le nouvel « ami » et « frère » de Karim Wade. Un journaliste ou un site internet qui se respecte, doit aussi respecter le travail qu’effectuent ses confrères, en les citant lorsqu’il lui arrive de reprendre leurs articles. Et cela, El Malick n’est pas censé l’ignorer. A bon entendeur !

Momar Mbaye

mbayemomar@yahoo.fr

 PS: El Malick a publié l’article sur Mimran le jeudi 24 septembre en début d’après-midi. Il l’a publié une nouvelle fois sur son site, bien des heures plus tard (dans la soirée), et cette fois-ci, en citant la source, mais en changeant la date de parution, qui sera finalement le 23 septembre. Que s’est-il passé entre temps ? That's the question!!

 

Commenter cet article